}
Compte-rendu CA 5/12/2009
Compte-rendu CA 26/03/2010
Compte-rendu CA 15/01/2011
BRAHMA KESA , créée en Janvier 2007 est une association reconnue d'intérêt général
depuis Octobre 2007.

Son objectif est de contribuer à lutter contre la pauvreté au Cambodge.

Elle entend oeuvrer sur le terrain, en milieu rural, en privilégiant efficacité et solidarité.

Bien qu'officialisée
au Cambodge, l'association reste une structure légère composée de membres bénévoles.
L'intégralité des dons est directement dediée aux actions de soutien auprès de 2 villages : Kakoh Kamboth, situe à 1 heure de Battambang et Phnom Chisor à
80 km au Sud de Phnom Penh. 

Elle vient en aide aux enfants, aux personnes âgées et à leur famille.

L'Education, l'Eau, la Santé et la création d'activités économiques sont nos priorités. 

Aujourd'hui, grâce à la générosité des membres actifs ou bienfaiteurs, 50 enfants ,
3 personnes âgées et une école de 250 élèves bénéficient de notre appui.
 
 

CAMBODGE AU COEURC

 
Carnet de Voyage au Cambodge
du 21/04/2008 au 09/05/2008
Ne dérogeant pas à la règle de vous relater notre voyage au Cambodge et comme à l’accoutumée, ce récit se situe entre le compte-rendu et le carnet de voyage.
Elisabeth, notre trésorière et médecin, avec laquelle j’avais découvert le Cambodge en 2001 s’est jointe à moi pour ce 3ème voyage.

Ensemble, nous avons pu amorcer des actions qui nous semblent primordiales.

Le départ à l’aéroport a été épique car nous étions tant chargées. Nos valises pesaient 58 kgs au lieu des 40 kgs autorisés !


En effet, nous avions entre autres des médicaments, des fournitures scolaires offertes par Auchan, des tee-shirts, règles et trousses offertes par le Conseil General du Loiret etc.

Enfin, nous avons pu passer sans encombre.


Agrandir le plan 
A notre arrivée, Sothea, son papa et Socheat nous attendaient et nous ont accueillis avec la gentillesse qui les caractérise tant. Puis nous avons du nous mettre en quête d’un hôtel car celui que j’avais réservé n’avait pas tenu compte de notre réservation.
« Une histoire à la Cambodgienne » avons-nous coutume de dire entre Français au Cambodge ! Dès le lendemain, ou surlendemain, nous prenions le petit-déjeuner avec Kallya Kuch, directeur d’AgriCam, et passions au peigne fin sa proposition d’intervention auprès des paysans de Kakoh kampot et de Prey Svey (voir le compte-rendu précédent). Nous avions initialement prévu d’accompagner les 85 familles rurales du village durant 2 ans dans leur diversification agricole pour un coùt de 61 000 US$.

Montant élevé pour notre jeune Association. Le choix a donc été pris de former les parents de nos filleuls ainsi que 120 élèves de l’école et 4 professeurs pour un montant de 26 350 $.
Restant persuadées de l’efficacité d’un tel programme pour nos familles, nous nous donnons rendez-vous à Battambang.

Séjour à Battambang
Notre périple à Battambang 6 heures de bus depuis Phnom Penh

Nous avons l’agréable surprise que Kallya nous accompagne durant tout notre séjour à Battambang. Dès 7H30 du matin, nous arpentions champs, élevage de canards, canaux, etc. Bref, différents programmes réalisés par Agricam dont 2 que nous avons visités.
Le 1er en cours de réalisation et le 2ème terminé depuis 2 ans et fonctionnant pour son propre compte.
Au Cambodge, l’année est séparée en une saison pluvieuse et une saison sèche. Les paysans sont en situation de précarité car dépendants pour la plupart d’une monoculture - le riz - directement en relation avec la partie pluvieuse de l’année. En partant de ces observations, le programme Agri Cam s’appuie sur plusieurs axes :
1- Education des paysans : Plusieurs éducateurs formés aux techniques agricoles sont présents à longueur d’année sur place aux côtés des paysans pour les former et répondre à leurs interrogations ou aux problemes qui se présentent.
2- Diversification des cultures : pour ce faire, des mares d’un volume
proportionnel à la surface des champs des paysans et un système de canaux sont creusés de façon à stocker l’eau pendant la saison pluvieuse et à la réutiliser pendant la saison sèche pour permettre des cultures maraichères tout au long de l’année. Ces mares de plus sont empoissonnées de façon à fournir une source de protéines aux familles.
3- Mise en place d’un observatoire des prix de ventes agricoles. Les cultures sont ainsi choisies en fonction de la demande du marché et vendues au plus juste prix. Nous avons reçu le témoignage de cultivatrices qui avaient dejà vendu la totalité de leur récolte alors même que celle-ci n’était pas encore à maturité.
4- Augmentation de la productivité par l’usage de semences de meilleure qualité dans un premier temps puis par le recueil et la sélection de graines, par l’utilisation d’engrais naturels, par une meilleure organisation du travail. Ainsi est évitée l’importation coûteuse et dangereuse d’engrais et de pesticides provenant de Thailande ou du Vietnam.
Tous les paysans que nous avons pu rencontrer ont paru satisfaits du choix de vie qu’ils avaient fait en suivant le programme et des bénéfices qu’ils en avaient retirés.
Selon certains témoignages, l’exploitation d’une superficie de 2000 a 2500m2 génère un chiffre d’affaires de 2 à 5 millions de Riels, soit de 500 a 1250 $ sur 9 mois avec globalement 1500 $/an de profit. Remarquable résultat compte tenu de la situation économique du Cambodge.
Nous avons pu constater aussi que certains paysans optent pour l’élevage de grande envergure. Nous avons pu visiter un élevage de 2500 canards, produisant 1000 oeufs/jour. Profit net par an 4500 $, énorme quand le revenu moyen mensuel d’un paysan est de 30 $.
 
Notre mission à Battambang était loin d’être terminée et c’est avec grand plaisir que j’ai revu Mme Tep Narin, la directrice de l’école de Prey Svey.
Une matinée a été consacrée à l’achat de matériel scolaire, jeux, et panoplie habituelle pour nos filleuls (produits de première nécessité, fournitures scolaires etc.).
Puis, Kallya nous a gentiment emmenés à la rencontre de nos familles. Les cadeaux du Conseil General 45, d’Auchan, les médicaments, les produits d’hygiène et les fournitures scolaires ont empli de joie enfants et parents.

J’avais noté, lors de ma première rencontre avec les enfants en Mai 2007, que Nam avait un problème d’articulation à l’épaule et ne pouvait lever entièrement le bras. Elisabeth l’examina mais ne pouvait se prononcer à l’examen visuel. Un rendez-vous était pris à l’hôpital le lendemain pour faire une radiographie de l’épaule.
Le radiologue a été catégorique. Si nous souhaitions le faire opérer, il fallait l’emmener en Corée ou en Thailande car l’intervention chirurgicale était trop délicate et aucune compétence n’existe en la matière au Cambodge. Elisabeth décida donc de faire examiner ces radios par une amie chirurgienne en France avant de prendre la moindre décision.
Elisabeth était émue, et heureuse de rencontrer son filleul
Nam
Visite àl’école de Prey Svey, et traditionnelle distribution de gâteaux a tous les élèves.

Les enfants ont aussi besoin de jouer. Après l’achat des barres fixes, nous avons doté l’école d’un filet de volley ball et ballons, en plus de toutes les fournitures scolaires nécessaires aux 6 prochains mois.
Mais le problème de l’eau potable restait entier. J’ai fait appel au bon sens de Kallya, homme en l’occurrence très pragmatique. Et après avoir arpenté et mesuré la mare existante, nous sommes arrivés à la conclusion suivante, compte tenu du fait que les anciens ont confirmé qu’il n’y avait pas d’eau souterraine :

- Agrandir la mare existante, creuser à une profondeur de 4 mètres, la doter de plantes aquatiques nutritives, et la clôturer,
- Acquérir 4 purificateurs d’eau (une par classe) afin que les enfants puissent boire une eau potable,
- Créer un jardin potager pédagogique à côté. 120 élèves et 4 professeurs bénéficieront d’une formation à l’agriculture maraîchère grâce à l’intervention de Agri-Cam.

Cette idée de Kallya m’a tout de suite séduite car d’une part, nous formions les parents, et d’autre part, nous sensibilisions les élèves, qui pour certains souhaitent reprendre l’exploitation de leur famille.
Un engagement était donc pris de notre part et nous versions 1000 US$ pour démarrer l’excavation de la mare.
 
groupe
Visites à nos filleuls de Phnom Chisor
Quelle joie de les voir tous présents ! Tout avait été soigneusement organisé par 2 personnes parlant francais et vivant  à Phnom Chisor.
Comme pour le village de Kakoh Kampot , nous avons procédé de la même manière :

-Distribution des fournitures scolaires, produits d’hygiène de première nécessité, raquettes de badminton avec volants etc. puis chacun est appelé pour la distribution des médicaments et la prise de photo de chaque filleul. Cela est devenu un rituel ! Les raquettes de badminton ont eu un succès fou ! Malheureusement, nous n’avions pu trouver que 4 paires de raquettes sur tout le marché.
Une demande nous a été faite par quelques parents dont les 2 personnes parlant français. Il s’agit d’acquérir un terrain qui serait gracieusement donné par les moines du temple de àhnom Chisor et de créer une petite école d’apprentissage du francais a destination de nos filleuls.
Pourquoi pas ? Mais à approfondir ! Ce sera l’un de mes objectifs du prochain voyage. Je souhaite, néanmoins, que nous puissions dupliquer le programme de développement agricole dans une échéance assez proche. En effet, la situation économique de nos filleuls est des plus précaires et, une fois le programme de Battambang terminé et le bilan tiré, nous nous consacrerons plus longuement à Phnom Chisor Conclusion Nous progressons. Actuellement, notre association parraine 51 enfants/personnes agées, après seulement une année d’existence. Les objectifs que nous nous sommes fixés sont ambitieux. Et c’est la raison pour laquelle je dois maintenant partir à la recherche de sponsors ou bienfaiteurs qui nous aident à les financer. Le Rotary Club Girodet de Montargis a été saisi en juillet et une présentation auprès de leurs membres sera faite courant septembre. Une autre est programmée avant la fin de l’année auprès de la Caisse Locale du Credit Agricole de Briare. De plus, grâce à l’aide et à l’investissement remarquables de Gunilla et Frederic, 2 parrains, nous organisons une soirée « prestige » le 4 octobre 2008 afin de recueillir les fonds nécéssaires. Les invitations ainsi que l’affiche ont été créees gracieusement par Guy Bourduge, ayant reçu le « César » de la meilleure affiche en 1992. Nous sommes entourés de personnes si généreuses et je leur en saurai gré longtemps.
MERCI ENCORE DE VOTRE SOUTIEN
Bien amicalement,
Elisabeth et Joséfa
 
 
COPYRIGHT   ASSOCIATION BRAHMA KESA  
35, RUE PIERRE ET MARIE CURIE  45200  MONTARGIS, FRANCE
    Tel +33(0)6 12 17 84 83 -

Courriel : brahma_kesa1@hotmail.fr
                Web : http://www.brahmakesa.com/        Mentions légales