Compte-rendu CA 5/12/2009
Compte-rendu CA 26/03/2010
Compte-rendu CA 15/01/2011
 
 
 
BRAHMA KESA , créée en Janvier 2007 est une association reconnue d'intérêt général
depuis Octobre 2007.

Son objectif est de contribuer à lutter contre la pauvreté au Cambodge.

Elle entend oeuvrer sur le terrain, en milieu rural, en privilégiant efficacité et solidarité.

Bien qu'officialisée
au Cambodge, l'association reste une structure légère composée de membres bénévoles.
L'intégralité des dons est directement dediée aux actions de soutien auprès de 2 villages : Kakoh Kamboth, situe à 1 heure de Battambang et Phnom Chisor à
80 km au Sud de Phnom Penh. 

Elle vient en aide aux enfants, aux personnes âgées et à leur famille.

L'Education, l'Eau, la Santé et la création d'activités économiques sont nos priorités. 

Aujourd'hui, grâce à la générosité des membres actifs ou bienfaiteurs, 50 enfants ,
3 personnes âgées et une école de 250 élèves bénéficient de notre appui.
 
 
 
 
 

CAMBODGE AU COEURC

 
Conseil d'administration du samedi 5 décembre 2009

Un Conseil d’Administration élargi s’est réuni le samedi 5 décembre 2009 à 17 heures au Relais du Miel à Montargis.

Membres présents : Thomas Ashley, Yvon Boyer, Joséfa Costa Planells, Jean-Marie Fresnault, Elizabeth Goize, Gunilla Sablé, Marc Salson, Marie-Laurence Smith, Cécile Stéfanski, Brigitte Thébault, Gérard Tremblay, Chantal Truffreau.

Membres excusés :  Alain Souché, Donna Reitano, Amandine Olive

 Ordre du jour

  1. Problématique Phnom Chisor -proposition de Kallya, Directeur d’AgriCam
  2. Association de solidarité internationale
  3. Charte de déontologie
  4. Convention de partenariat avec le propriétaire de l'agence immobilière Trefeil à Montargis
  5. Point sur la situation financière
  6. Bilan des soirées
  7. Questions Diverses   

1.            Problématique Phnom Chisor -proposition de Kallya, Directeur d’AgriCam

 

AgriCam propose un nouveau programme agricole qui, nous semble-t-il, s’inscrit dans le cadre d’un programme de l’Etat sur la sécurité alimentaire. Josefa Costa Planells propose de voir le ministère de l’Agriculture lors de son prochain voyage au Cambodge.  

Ce nouveau programme d’une durée de deux ans concernerait le deuxième lieu que nous soutenons, Phnom Chisor. En réalité nos familles sont  localisées dans les 5 villages autour de Phnom Chisor. 42 familles, soit 210 personnes dans un premier temps, et 50 autres familles, soit 250 personnes par la suite bénéficieraient de ce programme.  Les villages concernés sont Trapeang Veng, Chralort Dai, Krous, Dork Por et Trapeang Srang. Ce programme a pour objectifs d’assurer aux villageois une autonomie financière, d’améliorer leur santé et leur éducation. Rappelons que 45 enfants sont déjà parrainés.

 

Ce projet agricole est identique à celui de Prey Svey. Il vise à former les villageois à des techniques agricoles, à créer des potagers individuels sur des lots de 30 à 50 m² autour des maisons, d’améliorer et de diversifier les cultures par l’introduction de légumes verts, de champignons et d’élevage de canards et d’agrandir des mares existantes. AgriCam s’engage à fournir toute aide nécessaire pour aider les villageois à devenir de meilleurs entrepreneurs pour produire efficacement leurs propres récoltes, gérer les sols dans le respect de l’environnement, anticiper les productions et vendre leurs produits dans de meilleures conditions. Matériel, outils, semences, composteurs, arrosoirs, tables de germination, bio-pesticides, ainsi que vaccins, médicaments, nourriture et canards pour l’élevage, et enfin tout ce qui est nécessaire pour la production de champignons, ressource non négligeable en période sèche, seront fournis grâce à notre soutien.

 

2 écoles bénéficieraient de notre appui pour créer des jardins potagers pédagogiques.Le nombre d’élèves par école est conséquent (720). 
Etat des Lieux

 

La région de Phnom Chisor est très pauvre. Nombre de villageois vivent en-dessous du seuil de pauvreté, estimé à 1 dollar/personne/jour. Les problèmes généralement rencontrés sont le manque d’eau, le manque de ressources, le manque de techniques (sols appauvris) et de ressources naturelles (poissons d’eau douce) épuisées par des techniques de pêche illégales telles que l’électrocution des poissons ou l’assèchement des lacs. En outre, de nombreuses familles sont endettées et peuvent difficilement rembourser leurs emprunts, et la santé des villageois et des volailles est souvent précaire due, entre autres,  au choix des pesticides employés.

 

La mise en place du  projet sera assurée par le Directeur général d’AgriCam ainsi que par trois coordinateurs sur place (dont deux parlent le français – l’un d’entre eux a été  sénateur). Le support technique serait assuré par deux experts.

 

Le coût du projet proposé par AgriCam est de 55 290 USD sur une période de deux ans, soit 46 USD par bénéficiaire. Ce projet n’a pas encore été négocié. Il est rappelé que pour le programme actuel de Prey Svey, le projet initial de 40 000 USD a finalement été négocié à 26 000 USD. Ce projet est désormais quasiment payé. Josefa se propose donc de renégocier la proposition d’Agri Cam comme elle l’avait fait avec Elisabeth en Mai 2008 lorsqu’elles s’étaient rendues au Cambodge.

 

Outre ce projet agricole, l’association voudrait également se pencher sur les problèmes d’éducation et de santé et étudier des partenariats possibles avec des structures existantes sur place

 

  • Education : sensibiliser les villageois sur les problèmes de pédophilie qui migrent maintenant dans les campagnes ; éventuellement, encourager l’apprentissage du français et de l’anglais avec d’autres partenaires locaux (écoles privées).
  • Santé : il y a des malades, mais pas de médecins. Les soins sont onéreux.  Le coût de fonctionnement d’un dispensaire est estimé à 3000 USD/mois. Kallia travaille avec une association « Aide à l’Enfant Réfugié » qui a passé une convention avec le Ministère de la Santé. Ce dernier finance 2 infirmiers dans les villages deux fois par semaine. L’association payerait 200 USD/mois. Il n’y a pas de bâtiment, mais il est suggéré qu’une école pourrait être utilisée à cet effet. 
  • Economie : Kallya propose d’entrer en contact avec une entreprise privée de production de soie pour envisager la formation de villageois aux techniques de production.

2.        Association de solidarité internationale

 

L’Association de solidarité internationale répertorie sur Internet toutes les associations à but humanitaire. Brahma Kesa est dans une démarche de co-développement et d’assistance et pourrait être répertoriée dans le but de se faire connaître et de bénéficier de dons. Il est proposé de prendre rendez-vous avec le Quai d’Orsay pour connaitre les conditions d’égibilité et inscrire notre association.

 

3.        Charte de déontologie

 

La Charte de déontologie a été créée en 1989 et répertorie les associations qui font appel à la générosité du public.  En étant répertoriée à cette Charte, notre association pourrait donc bénéficier de dons. Le Comité de la charte de déontologie n’émet pas d’avis sur l’opportunité des missions ou des programmes des organisations agréées, ni sur la manière dont ils sont réalisés. Cependant, la charte a quatre grands principes, elle demande de chaque association :

  • Un fonctionnement statutaire et une gestion désintéressée
  • Une gestion rigoureuse
  • Des actions de communication et de collecte irréprochables
  • Une véritable transparence financière à l’égard des donateurs

Brahma Kesa serait éligible, mais manque encore d’un commissaire aux comptes pour valider ses comptes. Josefa a rencontré une commissaire aux comptes, épouse d’un Laotien qui accepterait de vérifier gracieusement les comptes de l’association.  Notre trésorière prendra contact avec son cabinet prochainement.

 

Cette charte est un label de qualité, réservé aux associations importantes. Le coût annuel serait de 1 600 €, ce qui représente actuellement 10% du budget de notre association.

4.        Convention de partenariat avec le propriétaire de l’agence immobilière Trefeil à Montargis

 

L’agence Trefeil, en contact avec Alain Lemirre, avait déjà contacté l’Association en 2008 pour établir une convention de partenariat avec l’Association Brahma Kesa. L’Agence propose de soutenir l’association en reversant 1 pour cent de ses bénéfices (soit 200€ à ce jour) en échange de l’utilisation du nom de l’association à des fins de marketing. L’assemblée est réticente et Jean Marie qui connait le propriétaire doit s’entretenir avec lui.

 

5.        Point sur la situation financière

 

Notre trésorière, Elizabeth, rapporte que la somme de 20 000 euros sont disponibles sur le livret A et 4 700 euros sur le compte courant.

 

6.        Bilan des soirées

 

  • Soirée Jazz le 3 octobre 2009: les organisateurs se félicitent du résultat de cette soirée. Les revenus sont de 9 781 € et les dépenses de 2 700 €. Les bénéfices de 7000€ équivalent à ceux de 2008 (déduction faite du don de 3 000€ du Rotary Club). Frédéric qui n’a demandé qu’une participation de 6€/repas a grandement contribué au succès financier de la soirée.

 

  • Soirée Orgue le 27 novembre 2009 : cette soirée a également été un succès et n’a pas occasionné de grandes dépenses puisque la Mairie d’Amilly a participé à l’organisation de cette soirée. Les recettes sont estimées à environ 1 500€

Joséfa remercie Gunilla qui a tout organisé et rappelle aux membres de mobiliser leurs amis pour ces soirées. Elle rappelle aussi qu’il n’y a aucun passe droit pour les organisateurs qui paient leurs participations comme tous les membres ou invités.

  • La soirée Flamenca aura lieu le 3 avril 2010, ce sera un spectable grand public, avec 300 places à remplir. Le prix des places sera fixé à 15€/personne.

           Depuis, Gunilla s’est aperçue que le 3 avril était le samedi de Pâques. Nous avons         dénoncé cette date auprès de la Mairie de Chalette qui doit nous reproposer une nouvelle date.

  • La soirée « prestige » de fin d’année (2010) sera organisée en collaboration avec nos amis  Cambodgiens.

7.        Questions Diverses 

  • Participation financière des villageois recevant une aide. Jean-Marie Fresnault est en désaccord avec le fait que les villageois reçoivent une aide sans aucune contrepartie et propose qu’ils participent un minimum. Les avis sont partagés, il est fait mention de quelques cas d’entraide et du fait que l’on ne peut s’attendre à un retour immédiat.

    Un membre s’interroge aussi de savoir si des fonds sont soutirés ou si une redevance quelconque devait être versée pour recevoir de l’aide. Certes, l’association est prudente et ne verse pas d’argent aux villageois; des personnes sont sur place pour veiller au bon fonctionnement du programme en cours. Pour l’instant la situation est maîtrisable.
  • Culture du riz : Thierry Dumas Président de Chécy à Phnom Penh aide à la production de riz sur 10 ha de rizière. Le riz est produit dans des conditions médiocres en Asie et n’est pas compétitif par rapport à la production aux USA, avec un rapport de 1 à 100. L’on peut s’interroger sur un système équitable, un commerce équitable, un réseau équitable, également sur les méthodes de récolte (à la main ou à l’aide de la mécanisation). Il serait intéressant de voir l’expérience en Camargue, et de réfléchir sur une façon d’améliorer la production du riz au Cambodge.
  • Voyage de fin d’année du lycée agricole du Chesnoy.  Une classe exceptionnelle de BTS composée à 50% de filles et 50% de garçons effectuera un stage d’une dizaine de jours au Cambodge.  Les étudiants ont déjà fait des recherches sur le Cambodge et sont enthousiasmés à l’idée d’approfondir leurs connaissances en agriculture, riziculture, etc., et de visiter les régions agricoles avec Kallya, et le ministère de l’agriculture.  Ce voyage est financé par les entreprises. C’est grâce à la ténacité de Brigitte qui est professeur au Lycée du Chesnoy que ce voyage va pouvoir se réaliser. Nous pourrons donc bénéficier de toutes les recherches qui seront poursuivies en matière d’innovation agricole.
    Merci à Brigitte.
  • Formation du Conseil Régional. Josefa avait entendu dire que Le Conseil régional du Centre proposait des formations destinées aux associations afin de  les aider dans leur gestion (comptabilité, « publisher »). Or, il s’avère que l’information est inexacte. En revanche Le Conseil Régional propose de financer des associations dans le cadre de programmes de coopération décentralisée.

    Bien que Josefa ne souhaite pas trop dépendre des collectivités territoriales, l’idée de demander une subvention pour faciliter le financement du deuxième programme de diversification agricole doit être prise en considération.

 

Depuis, Josefa a pris contact avec le directeur général adjoint du Conseil Régional en charge des associations, a contacté la personne instructrice des dossiers. La prochaine commission ayant lieu le 29 février 2010, nous tenterons de monter un dossier de demande de subvention en valorisant essentiellement le co-développement, le partenariat local, et l’autonomie garantie au sortir du programme.

 

  • Voyages au Cambodge : Jean-Marie rappelle que les billets d’avion achetés dans le cadre d’un voyage pour vérifier les travaux et investissements de l’association sont déductibles au même tître que les dons. Jean Marie nous ressortira les textes.
Jean – Marie, son épouse et sa fille rejoignent Josefa au Cambodge dès le 27 décembre 2010. Ensemble, ils pourront visiter les villages soutenus par l’association, négocier avec Agri Cam. Il est important que les membres puissent se rendre compte sur place de la situation, et des actions de l’association.

 

 LEVEE DE LA SEANCE à 19h00
 

ASSOCIATION BRAHMA KESA - 35, RUE PIERRE ET MARIE CURIE 45200 MONTARGIS, FRANCE
Tel +33(0)6 12 17 84 83 - Courriel brahma_kesa1@hotmail.fr
Web : http://www.brahmakesa.com/